Interview: La mode végane en été

Interview: La mode végane en été

Par Sarah Barreiros Rédigé le 10/05/2018 (dernière modification le 09/05/2018)

Avec plus de 5% des Français identifiés comme végans et plus de 60 millions de postes #vegan sur Instagram, le véganisme devient de plus en plus populaire en France. Aperçu sur un style de vie, qui bouscule les codes et les idées préconçues.

Photo (c) Sarah Barreiros

Manger cru permet de combattre les chaleurs d’été. Adopter un repas composé d’une gigantesque salade colorée et de légumes croquants, rien de tel pour se sentir léger et revitaliser! En vogue depuis maintenant plusieurs années, le véganisme devient bien plus qu’une mode. De nombreuses célébrités s’affichent fièrement sur les réseaux sociaux pour défendre leur régime alimentaire et la cause animale. Restaurants, magasins bio… En France, de plus en plus de commerces proposent des produits végans. Aujourd’hui, il n’est plus si surprenant de pouvoir manger une pizza, une glace ou un macaron 100% végan. 

Est-ce la fin des idées préconçues? Le véganisme consiste à bannir de son alimentation tout produit d’origine animale, la viande, le poisson, les crustacés, mais aussi ceux liés à l’exploitation des animaux, comme le lait, les œufs ou le miel. 5% des Français adopteraient ce régime alimentaire, selon un sondage mené en 2017 par l’institut d’études marketing et de sondages d’opinion Harris Interactive. Au-delà de l’aspect “régime”, de nombreux Français ont été sensibilisés par ce mode de vie, de par la diffusion de nombreux reportage télévisés, et des documentaires qui ont révélés la souffrance des animaux dans les élevages et les abattoirs, ainsi que la vérité sur les produits industrialisés et transformés. La quantité de céréales nécessaires à la production de viande par exemple est un facteur important de la déforestation, qui conduit à la perte de l’habitat et de l’extinction des espèces. 

Les nutriments nécessaires dans les légumes 

Bénéficiant d’une alimentation à base de végétaux, les végans sont enclins à avoir une alimentation à base de fruits et légumes. La quantité d’aliments disponibles dans les supermarchés montre que ce mode de vie séduit de plus en plus les Français, incitant les grandes enseignes à suivre le pas. Mais de quoi sont exactement composés les légumes et peuvent-il remplacer la viande? Ces derniers sont riches en antioxydants qui aident à protéger votre corps contre les maladies, et son composés d’une gamme d’éléments nutritifs, tels que le bêta-carotène (que votre corps transforme en vitamine A) qui se trouve dans les légumes verts, jaune et rouge; la vitamine B1, qui provient des fruits frais, fruits secs, et pois; la vitamine B6 des légumes, des fèves de soja, des pommes de terre, des arachides, des épinards et des asperges; la vitamine C dans les agrumes, les fraises, le cassis, le brocoli, ou le poivron; les vitamines E et K dans les graines, les légumes verts, l’huile végétale, le calcium dans les céréales (sauf les épinards), les fèves de soja, le tofu, les haricots, les noix, et les grains entiers; le potassium dans les bananes, et les noix; la vitamine B12 et D dans les aliments enrichis, comme les céréales et le lait végan (lait de soja, lait d’avoine). Puis il y a les fibres insolubles, qui se trouvent dans le son, et les grains entiers, qui aident au système digestif à fonctionner plus facilement. 

Interview d’une sportive végane et activiste 

Photo (c) Elyse Lawton
Photo (c) Elyse Lawton

Nous interrogeons Elyse Lawton, professeur de yoga et athlète professionnelle qui a adopté le style de vie végan depuis quelques mois et qui nous fait part de son expérience. 

Pourquoi et comment votre alimentation influence votre travail?
J’ai 29 ans, je suis patineuse professionnelle et professeur de yoga. Récemment, je suis tombée amoureuse du régime végan et du style de vie que cela m’a amené. J’ai trouvé que mon patinage devenait beaucoup plus agréable en raison de ma perte de poids dû au régime végan. Se sentir léger et plein d’énergie pendant que vous patinez vous donne l’impression de voler. Je suis passé d’une “vieille voiture rouillée” inefficace à une toute nouvelle voiture de sport écologique. Je pense que mon nouveau régime alimentaire et mon style de vie me donneront plus de longévité dans ma carrière de patineuse. 

Quand avez-vous choisi d’être végétalienne et comment le processus a-t-il été mis en place?
Je suis passée d’un régime traditionnel composé de la consommation de viande et de produits animaux à un régime végétarien en septembre 2017. Puis, à un strict régime végan comme une résolution de nouvel an en 2018 avec mon ami. J’ai donc eu une transition de quatre mois d’un régime occidental conventionnel à végan. Après avoir été végétarienne pendant 2 semaines, je suis devenu végan et je n’y retournerai jamais. Passer de végétarien à végétalien était instantané et je mis suis investis à 100%. Je pense que cela a rendu la transition beaucoup plus facile pour moi au lieu de ralentir et de me relâcher. Je voulais un jour précis pour devenir végan, et c’est ce que j’ai obtenu. Le 13 janvier 2018 était le jour où j’ai abandonné tous les produits animaux. 

Pourquoi avez-vous pris cette décision, avez-vous un combat politique particulier derrière la raison de style de vie?
À l’origine je suis devenue végane pour ma santé, notamment pour éviter les cancers liés à la consommation de protéines animales. Très vite après j’ai pensé aux animaux, puis à la planète. Le futur à mes yeux est d’adopter ce régime végan, car sinon, l’écosystème et notre humanité est condamnée. L’injustice ne peut pas vivre pour toujours. Je continuerai à défendre les sans-voix, les animaux, à faire du bénévolat pour les refuges et à inspirer les gens avec de la bonne nourriture végane chaque fois que je le pourrai. En tant qu’êtres humains, nous avons une voix et nous avons le choix, mais pas les animaux. 

Comment ce mode de vie t’aide et change ta vie physiquement et psychologiquement?
Physiquement je me sens plus léger, avec plus d’énergie et une plus grande perspective sur la vie. Pour une raison quelconque, je me sens aussi plus heureuse. Certaines théories démontrent que lorsque vous arrêtez la consommation de produits animaux, vous éliminez cette mauvaise énergie qui entre dans votre corps. Les animaux “destinés à la consommation” ont tellement peur de la douleur et de la souffrance avant qu’ils ne finissent dans nos assiettes. Certaines personnes croient que la viande a une mauvaise énergie et je commence à penser que cette théorie est véridique. C’est tellement gratifiant de savoir que personne n’a dû mourir pour que je prenne mes repas, et je me sens plus saine en prime.

Pourriez-vous nous présenter un de vos repas quotidiens et comment vous l’avez fait pour vous assurer de ne rien manquer en termes de nutriments?
Honnêtement, je pense rarement au côté nutritionnel des choses. Maintenant que mes repas ne sont pas composés de la viande, des produits laitiers ou des œufs, ce n’est pas un problème de s’assurer que je reçoive tout ce dont j’ai besoin au cours d’un repas. Je mange beaucoup de fruits, de légumes, de haricots, de noix et de graines. Tout ce dont vous avez besoin pour que votre corps s’épanouisse. Je prends cependant une multi-vitamine avec du B12 car il m’en manque dans ce régime. Les plantes ont des protéines, les cochons, les vaches et les poulets mangent les plantes pour obtenir leurs protéines, de sorte que nous pouvons aussi obtenir les nôtres des plantes. Mon repas végan préféré à faire est la tarte Shepard (une tarte canadienne). Il y a des lentilles, des haricots, des légumes colorés, des pommes de terre, c’est chargé de fibres, de protéines et de nutriments. En outre, c’est délicieux! 

Que recommandez-vous pour ceux qui ont peur d’essayer ce régime?
Le régime végan est très stigmatisé et je comprends qu’il soit difficile de se lancer. J’ai trouvé facile de continuer mon régime végétalien parce que j’ai fait des recherches sur le véganisme et sur la nutrition à base de plantes. 

Patinage: les couples français en or

Patinage: les couples français en or

Par Sarah Barreiros Rédigé le 24/01/2018 (dernière modification le 24/01/2018)

Le couple de danseur sur glace français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron a remporté pour la quatrième fois d’affilée la médaille d’or des championnats d’Europe qui se déroulaient à Moscou du 15 au 21 janvier 2018, à trois semaines des J.O.

Gabrielle Papadakis et Guillaume Cizeron, champions d’Europe 2018. Photo (c) Olivier Brajon, publiée avec son autorisation.

C’est sur la glace du Megamall Sport Arena de Moscou que les patineurs champions de France ont réalisé deux programmes parfaits et battu le record du monde de points qui leur appartenait. Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont en effet remporté les championnats d’Europe avec un total de 203.16 de points en addition des points du programme imposé (81.29) et du programme libre (121.87). Il devance ainsi les couples russes Ekaterina Bobrova et Dmitri Solovie qui remporte la médaille d’argent avec 187.13 points et Alexandra Stepanova et Ivan Bukin qui obtiennent la médaille de bronze avec un total de 184.86 points. Les Français ont réalisé un sans faute depuis le début de la saison, ils ont remporté deux grands prix Internationaux ainsi que la finale de ces grands prix, qui regroupe les meilleurs patineurs de la saison dont Tessa Virtuel et Scott Moir, le couple de danseurs canadiens champion olympique 2010 et vice champion olympique 2014 qui ont remporté la médaille d’argent lors de cette finale. 

Au Canada, Gabriella et Guillaume s’entraînent avec leurs entraîneurs Romain Hagueneur et Marie-France Dubreuil. Alors tout juste arrivés dans la catégorie senior après avoir remporté les championnats du monde junior en 2014, ils gagnent leur premier championnat d’Europe et du monde en 2015. Par la suite, leur niveau technique et artistique n’a cessé de progresser et d’évoluer de telle façon qu’il deviennent les détenteurs du record du monde de points encore jamais réalisé en 2017 à la compétition internationale de la Coupe de Chine avant de la dépasser à Moscou. 

Dans la catégorie patinage couple, les Français Vanessa James et Morgan Ciprès, qui s’entraînent aux États-Unis avec John Zimmerman, ont remporté le programme court avec un contenu technique époustouflant avec un total de 75.52 de points malgré la réussite d’un quadruple salchow lancé sur le programme libre, une erreur sur le deuxième porté du programme et sur leur saut parallèle leur a valu une 4e place au combiné des deux programmes. Ces résultats se présentent très positifs pour les couples du patinage français qui s’entraînent respectivement au Canada et aux États-Unis. Depuis le début de la saison, leurs résultats sur les grands prix ISU, leur contenu de programmes, et leur nombre de points leur permettent de se placer parmi les cinq meilleurs patineurs mondiaux. C’est avec impatience que nous pourrons les retrouver dans trois semaines avec des opportunités de médailles olympiques à la clé. 

Mieux comprendre le patinage artistique

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron sur le programme imposé. Photo (c) Olivier Brajon, publiée avec son autorisation.
Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron sur le programme imposé. Photo (c) Olivier Brajon, publiée avec son autorisation.

Contrairement aux idées reçues, le patinage artistique n’est pas nommé comme tel car c’est de “l’art” mais parce que les éléments techniques réalisés sont effectués de manière esthétique, élégante, précise et avec émotion puisque le but des programmes en compétitions est de raconter une histoire où de faire passer une émotion aux juges. C’est en effet un sport alliant motricité et mental des patineurs qui sont mis à l’épreuve en même temps. Du point de vue de la préparation physique, le patinage requiert en premier lieu l’engagement de la tonicité du haut du corps (essentiellement, c’est un travail de gainage, d’abdominaux, de contrôle de la coordination entre le carré épaules et hanches qui est demandé), de puissance au niveau des jambes et d’endurance car, réaliser un programme de patinage, c’est comme effectuer un enchaînement de sprints et de retour au calme alterné sur 4 minutes et 30 secondes. En second lieu, il demande de la souplesse et de la flexibilité au niveau du dos. 

Enfin, d’un point de vue psychologique, il est demandé à un patineur de savoir faire preuve de stratégie pour assurer dans tous les cas de figure, même en plein milieu d’une performance. D’avoir une certaine connaissances sur sa proprioception (connaitre son corps et ses limite), et de savoir, tenir la pression des entrainements et des compétitions qui engendre des contraintes et de la discipline sur son style de vie et son alimentation. Ce sport regroupe quatre disciplines, le patinage artistique solo homme et femme qui comporte des sauts et pirouettes, le couple artistique qui contient les éléments précédent avec en plus des sauts lancés où le patineur homme aide sa partenaire à réaliser un saut, des portés situés au dessus de l’épaule, un saut nommé le “twist” et une spirale sur glace appelée “spirale de la mort”. Et, il y a la discipline de la danse sur glace, en couple également, avec des pirouettes et des portées qui ne doivent pas être effectués au-dessus des épaules. Cette dernière discipline est celle qui s’apparente le plus à la danse de salon. 

Le système de jugement

Durant une compétition, deux programmes sont exécutés. Le programme court appelé également programme imposé, est celui où les patineurs doivent réaliser des éléments imposés par le règlement de la fédération internationale de patinage (ISU) et un programme libre où les patineurs choisissent les éléments techniques qu’ils souhaitent placer dans leur programme, tout en respectant les normes du règlement ISU. Depuis 2015, le système de jugement ISU 6.0 a évolué en système de points calculé par un programme informatique établit. Le but du sport est donc de réaliser le plus grands nombre de points possible, et pour cela les patineurs devront choisir puis exécuter les éléments qui valent le plus de points. Un programme est évalué selon deux notes comme avec le système 6.0 mais en plus complexe car différents paramètres sont venus s’ajouter pour rendre encore plus précis les jugements. Il y a la note technique d’une part, où chaque éléments réalisés (c’est-à dire-sauts, pirouettes, portées, etc) valent un certain nombre de points en fonction de leur nature (par exemple un triple Axel vaudra plus de point qu’un double Salchow, mais un quadruple Salchow vaudra plus de points qu’un triple Axel). Chaque juge détermine pour chaque élément un niveau d’exécution (GoE pour “Grade of Execution”) allant de -3 à +3. C’est en quelque sorte des points de bonus si par exemple un saut est exécuté avec rapidité, précision, hauteur, si l’arrivée du saut est élégante et innovante. Mais, c’est aussi un point de pénalité si un déséquilibre est commis, si il y a une chute, si il y a un déséquilibre, un retournement sur le saut ou si l’arrivée n’est pas nette. De plus en ce qui concerne les pirouettes, les portés et les enchaînements de pas dans un programmes sont eux-même classés en sous catégories de niveaux allant de 1 à 4. Plus la pirouette par exemple est complexe, plus elle augmente le niveau. Il est de l’entraîneur et du patineur de choisir qu’elles sont les meilleures variations de positions sur la pirouette ou le porté à travailler pour obtenir le meilleur niveau possible. 

Et d’autre part, il y a la note artistique appelée “composants” qui juge de l’habileté de patinage, des transitions, de la qualité d’exécution, de la chorégraphie et de l’interprétation entre des notes données de 1 à 10 par les juges. L’addition des points techniques et composants donnera les points totaux du programme. À la télévision, la petite boîte encadrée que vous pouvez voir en haut à gauche de votre écran donne l’évolution du programme en terme de points et en live. Si vous voyez indiqué GoE négatif en rouge après un élément effectué vous comprendrez donc qu’il a fait une erreur, et vice versa avec un GoE en vert! 

Être en bonne santé après les fêtes

Être en bonne santé après les fêtes

Par Sarah Barreiros Rédigé le 16/01/2018 (dernière modification le 15/01/2018)

Quel est le meilleur moyen pour perdre du poids? C’est la question que la plupart des Français se posent après avoir profité des copieux repas de fêtes de fin d’année. Vous trouverez ici quelques bons conseils pour démarrer l’année de façon légère et énergique.

Manger sain et équilibré, en accord avec la chrononutrition. Photo prise par l’auteur.

Noël et le nouvel an, c’est l’occasion de faire dans l’excès. Beaucoup de décorations, beaucoup de lumières, beaucoup de cadeaux mais aussi beaucoup de nourriture et autres boissons sucrées et alcoolisées qui, bien que délicieuses, peuvent après quelques jours, vous donner la sensation d’être “gonflé” et fatigué. À partir de là, commence un cercle vicieux où l’accumulation de la fatigue induit de devoir manger plus au fur et à mesure des jours, mais surtout de manger du “mauvais” sucre, pour rester éveiller et garder le cap sur une journée de travail remplis. En effet, la raison est simple. Lorsque l’on mange plus que ce que l’on dépense, on grossit. Ou plutôt, si on ne dépense pas comme il faut ce que l’on mange, notre corps stocke de la graisse, ce qui provoque avec le temps l’arrivée de la fatigue, et des problèmes cardiovasculaires sur du long terme. La calorie est une unité de mesure de l’énergie contenue dans les aliments. Les organismes vivants ont besoin d’un certain nombre de calories chaque jour comme carburant. Les calories alimentaires sont brûlées par le corps pour créer l’énergie nécessaire pour le maintenir. Les calories en excès sont donc stockées dans des réserves de graisses pour pallier un futur déficit que le corps pourrait subir. Mais ce n’est pas juste une question de quantité de calories que l’on mange. C’est aussi la qualité. Par exemple 1kg de tomates n’aura pas le même effet sur votre corps que 1kg de pâtes, qui de même n’aura pas le même effet que 1kg de barres chocolatés. Nous allons essayer de comprendre, plus précisément, quels sont les bonnes habitudes alimentaire à adopter et pourquoi elles sont efficaces afin de briser les idées préconçues. 

La première règle à retenir est que chaque personne, chaque organisme est individuellement différent. Une chose fonctionnera plus qu’une autre sur deux individus, en fonction de leur style de vie, de leur activité sportive, de leur âge, et de leur groupe sanguin même. Nous allons cependant observer qu’il y a des faits au niveau de l’alimentation, qui sont applicables pour tout et pour tous. 

Quels aliments sont à privilégier et pourquoi?

Idéalement, on devrait manger une grande variété de protéines provenant d’autant de sources que possible. Si la perte de poids est un objectif, la protéine vous fait sentir satisfait entre les repas et elle est métabolisée dans votre organisme de sorte que seul l’hormone même se logera dans les muscles. Les viandes à privilégier sont les viandes blanches et le poisson riche en oméga 3, car vous ne mangerez pas de graisses inutiles. Les fruits et les légumes sont riches en antioxydants, en vitamines, en minéraux et en phytonutriments qui diminuent la probabilité de développer un certain nombre de maladies dégénératives comme le cancer, le diabète et le déclin neurologique. La recherche scientifique et les études épidémiologiques montrent que les régimes riches en acides gras monoinsaturés et oméga 3 réduisent considérablement les cas d’obésité, de cancer, de diabète, de maladie cardiaque et de déclin cognitif. Les sucres lents devraient être consommés en légère quantité. Surtout les pâtes qui devrait être remplacées par le riz brun en raison du gluten contenu dans celle-ci. Le gluten est le binôme protéinique formé par la gliadine et la gluténine dans le blé, l’orge, le seigle et l’avoine. Il donne l’élasticité et la viscosité nécessaire pour lever les pâtes et donner un pain avec une mie aérée. Le blé ayant subi moult transformations par hybridation de la part des industriels afin d’obtenir une farine blanche facile à pétrir, il n’est plus aussi digeste pour notre organisme qui n’a pas su adapter ses enzymes. Le problème n’est pas le gluten en soi, c’est notre surexposition face à ce nutriment. En effet, si nous consommons à chaque repas du pain, des céréales au petit déjeuner, des pâtes au déjeuner, des biscuits secs au goûter et une quiche à dîner, nous aurons consommé du blé toute la journée. Même si ces préparations sont accompagnées de légumes, fruits, viande ou poisson, le gluten est omniprésent sans même que l’on s’en rende compte. Il se cache même là où on ne l’attend pas: dans nos sauces tomates, fromage, charcuterie, yaourt, confiture, bière et autres alcools comme le gin… Privilégiez donc les autres féculents sans gluten: riz, pommes de terre, quinoa, légumineuses et tous les légumes plutôt que les pâtes. Il est important de noter, qu’il y a aussi des aliments trop sucrés dont on pourrait se passer. Les sauces sont remplis d’acide gras saturé et le ketchup est riche en sucre et en sel. Son apport calorique semble limité (107 kcal/100g) mais il s’agit de sucre ajouté ce qui contribue à masquer, surtout chez les enfants, la saveur des aliments. Il vaut mieux le remplacer par de la sauce tomate faite maison ou de la purée de tomates. Les céréales du petit déjeuner sont composés de grains comme le blé, l’avoine, le maïs, le riz mais on y rajoute du sucre, du chocolat, du miel, des fruits secs, du sel, de l’huile. 60g de céréales pour enfants peuvent apporter l’équivalent de cinq morceaux de sucre ce qui est énorme et peut provoquer des prises de poids conséquentes d’autant que l’effet rassasiant n’est pas toujours suffisant, incitant au grignotage. 

À quel moment?

Les aliments pour obtenir une alimentation équilibrée au quotidien et un objectif “bien-être” sur du long terme doivent être consommé à certains moments de la journée à cause de leur différence de digestion et d’assimilation dans le corps. La chrono-nutrition est importante en raison de notre cycle circadien. Pensez juste à cela: vous êtes en fait une collection de milliards de petites horloges, travaillant ensemble. Si vous êtes encore en train de récupérer après avoir perdu une heure de sommeil lorsque vous passez à l’heure d’été, imaginez ce qui peut arriver lorsque vous êtes perpétuellement en conflit avec votre horloge interne. Quand et ce que vous mangez peut affecter cela. Votre horloge circadienne fonctionne sur un cycle de 24 heures qui permet à votre corps d’effectuer des fonctions spécifiques à des moments appropriés, ce qui est important pour survivre et prospérer. Ce qui est fascinant à propos du cycle circadien, c’est qu’il est presque, mais pas tout à fait, égal à notre horloge bien comprise de 24 heures. L’horloge circadienne est de 24,2 heures. Nous utilisons la lumière du jour pour remettre à zéro notre horloge circadienne et pour contrôler notre rythme cardiaque et notre pression artérielle. Par exemple, vous métabolisez l’alcool plus lentement entre 22 heures et 8 heures du matin, ce qui explique pourquoi cette boisson a plus d’impact sur le corps en soirée. Les gènes gardent l’horloge biologique maîtresse dans votre cerveau, votre “horloge centrale” fonctionne selon votre chrono-type personnel, tandis que l’exposition à la lumière synchronise le cycle de votre horloge avec votre environnement. Votre horloge centrale contrôle le système nerveux, la température corporelle, la tension artérielle, la sécrétion de mélatonine (l’hormone du sommeil), le cortisol (l’hormone du stress), les hormones de croissance et votre cycle veille/sommeil. Indépendamment de votre chrono-type, les dîners tardifs ou les collations de minuit modifient votre cycle de jeûne et désalignent votre horloge, surtout si vous prenez du sucre et des glucides raffinés. Sauter le petit-déjeuner a un effet similaire. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles un petit-déjeuner plus copieux et un repas plus petit ont été associés à des niveaux de sucre dans le sang et de cholestérol plus sains, et à un gain de poids moindre. La désynchronisation de l’horloge ou le manque de sommeil, pour une raison quelconque, diminue les niveaux de leptine, l’hormone qui aide à supprimer la faim, ce qui peut mener à la suralimentation. Les recherches dans le domaine de la chrono-nutrition ont déjà mis au jour une délicieuse ironie: quand Maïmonide a écrit au 12e siècle qu’il fallait “manger comme un roi le matin, un prince à midi et un paysan au dîner“, il a révélé qu’il comprenait les rythmes circadiens, l’un des aspects les plus importants de la nourriture et de la santé. Vos marqueurs métaboliques montreront une amélioration si vous avez un grand déjeuner et un petit dîner. Manger tard dans la nuit perturbe donc notre sommeil et augmente le risque de diabète et d’obésité. Si vous traversez un fuseau horaire lors d’un vol d’avion, ne continuez pas à manger la nourriture qu’ils vous donnent, car votre horloge circadienne deviendra désuète, ce qui aggravera le décalage horaire. De très nombreuses personnes travaillent et donc mangent à des heures inhabituelles. En conséquence, ils subissent ce qu’on appelle le décalage horaire social, avec des risques associés à l’obésité, aux maladies cardiaques et au diabète. Nous devons manger certains aliments, à des heures de repas régulières, et nous devons écouter le rythme de ces milliards d’horloges circadiennes qui nous gardent en bonne santé.

L’entraînement avec des poids plutôt que du cardio intense

Pas besoin d’aller dans une salle de gym ou même de devoir sortir de chez soi si on se sent plus confortable de rester à la maison pour s’entraîner. En effet, quand il s’agit de la perte de graisse, la plupart des gens se lancent dans un programme de cardio et suivent un régime. La musculation cependant peut brûler autant, sinon plus, que le cardio. Pourquoi on se concentre sur le cardio? Pour une chose: le cardio vous affine. Mais c’est juste ça: il rétrécit à la fois votre graisse et votre muscle. Une heure de cardio est excellente pour brûler l’énergie stockée, mais quand vous avez terminé sur la machine ou après votre course à pied, vous avez fini de brûler des calories. La musculation par contre maintient votre métabolisme à un taux d’utilisation d’énergie élevée pendant environ une heure après que vous l’ayez terminé. La science appelle cet effet de postcombustion consommation excessive d’oxygène après l’exercice (EPOC). Cela signifie qu’après la musculation, le corps continue à avoir besoin d’oxygène à un taux plus élevé. La croissance des tissus musculaires n’est stimulée que lorsque la pression est exercée sur elle. Si vous utilisez des poids légers et que vous faites du rep après le rep (répétitions), votre muscle ne sera jamais soumis au stress auquel il doit répondre aussi. Cela signifie que même si vous suivez un régime hypocalorique, vos muscles ne grandiront pas. Beaucoup de personnes au régime allégeront leur poids parce qu’elles sentent que le poids est nécessaire seulement pendant une phase de gonflement. Les femmes qui veulent perdre du poids rapidement, ne veulent surtout pas soulever des poids lourds à la gym par peur de devenir plus “grosse” plutôt que “fines”. Elles ne devraient pas éviter les poids plus lourds parce qu’elles n’ont pas assez de testostérone pour obtenir le physique d’un bodybuilder. Les séances moins longues et plus lourdes brûlent plus de calories pendant l’entraînement en raison d’un effort plus important, et vous assureront de ne pas perdre une once de précieux muscle qui brûle les graisses. Les exercices seront principalement composés afin de développer plus de fibres musculaires pour travailler et libérer des hormones de renforcement musculaire et de combustion des graisses. Aussi, restez sur vos pieds plutôt que de vous asseoir ou de vous coucher pour faire autant d’exercices que possible. Par exemple, prenez deux poids à la main et effectuez quatre fois par semaine, trois fois un ensemble composé de cinq exercices avec ces poids devant votre télévision, dans votre salon ou dans votre jardin. Cela vous prendra une demi-heure seulement mais l’effet sur votre corps en sera positif sur du long terme. 

Fly yoga, la relaxation dans les airs

Fly yoga, la relaxation dans les airs

Par Sarah Barreiros Rédigé le 24/11/2017 (dernière modification le 23/11/2017)

Pratiquer le yoga dans un hamac, c’est la nouvelle tendance parisienne. Ce concept innovant et unique en Europe, propose un programme de renforcement musculaire, de méditation et de relaxation, mais dans les airs.

Florie Ravinet, créatrice du fly yoga en Europe. Photo (c) Florie Ravinet.

Les températures baissent, les manteaux et écharpes sont de sorties, ainsi que la fatigue, le stress des préparatifs de fêtes et les maladies hivernales. Le yoga, connu pour ses vertus de relaxation, est une très bonne alternative pour le regain énergétique. Le fly yoga a été créé par Florie Ravinet en 2009, alors qu’elle pratiquait le tissu aérien et voyageait en Asie, aux États-Unis et en Australie. 

C’est une séance de yoga, qui se déroule entièrement dans la petite bulle confortable d’un hamac. Les mouvements sont très proches de ceux utilisés en cirque. On y travail la souplesse, le rapport au corps et le retour aux sensations de proprioceptions. Cela permet aussi de renforcer sa tonicité musculaire en profondeur car, contrairement au cours de yoga classique, le fly yoga amène cette touche de challenge et de difficulté. Parmi les cours proposés, nous avons choisis d’assister au “Fly yoga initiation” afin de découvrir cette discipline. 

Le déroulement du cours

Nous nous sommes rendus dans une salle aux lumières tamisées, parfumée aux huiles essentielles qui se trouve dans le IXe arrondissement de Paris. C’est avec 10 élèves maximum que Florie effectue sa séance: “Le fait de travailler en petit groupe, permet un travail plus efficace et plus efficient, c’est presque un suivit individuel“, nous déclare t-elle. Car la concentration est primordiale. Le cours commence assis, sur un tapis de yoga au dessous d’un hamac, un par personne, et adapté à notre taille. Florie demande à ses élèves comment ils se sentent. S’ils ont des douleurs physiques ou des blessures. Une des élèves déclare avoir une scoliose, une autre se sent fatiguée en ce samedi matin, après une longue semaine de travail. 

Le cours commence par un échauffement de 15 minutes, obligatoire pour nous permettre de méditer, respirer comme une séance de sophrologie, de rentrer aussi en contact avec le hamac. À partir de là, commence le réveil musculaire, avec abdominaux et étirements en souplesse. Puis, Florie nous montre différentes figures à effectuer, à la fois artistiques, fun et dynamiques. Être dans les airs nous déconnecte totalement du sol et de notre zone de confort habituelle. En effet, d’une position assise où l’on est enveloppé par notre drap, et où l’on se sent comme dans un cocooning de bébé, on passe sur une position où l’on est tête à l’envers pour étirer nos fessiers. La séance se termine par un retour sur terre. L’atmosphère est apaisante, nous sommes détendus, presque déconnectés de la réalité, comme dans un rêve! 

Les biensfaits du yoga 

Le yoga est une discipline de méditation corporel. Elle a été crée au XVe siècle avant JC. Il s’est lentement élaboré jusqu’au halta yoga, version “classique” du yoga d’aujourd’hui. Ce sont des mouvements de la philosophie indienne “Astika” dont l’objectif est la libération de l’âme humaine et individuel, appelée “Moksha” et la renaissance de soi “Samsara”, engendrée par le karma. Le corps et l’esprit sont connectés, avec cette pratique, pour ne faire qu’un. 

Aujourd’hui, le yoga devient de plus en plus célèbre. Les lieux de pratiques se diversifient, les styles (fly yoga, strala yoga, circus yoga,…), les professeurs se multiplient. Il est très facile de trouver un cours de yoga proche de chez soi et partout dans le monde. Dans un monde où nos yeux sont rivés sur nos écrans, en permanence connecté sur nos téléphones, tablettes, ordinateurs pour répondre à nos e-mails, aux messages; où nous devons constamment prendre des rendez-vous, courir après les transports pour arriver à l’heure… permet justement de vivre une coupure et une déconnexion pendant une heure ou plus de notre quotidien. C’est un véritable “retour sur nous-même”. 

D’après une étude réalisée par l’American college of cardiologie en octobre 2017, le yoga permettrait de soigner et prévenir les maladies cardio-vasculaire. Le travail des muscles qui s’effectue d’une manière spécifique, permet de diminuer la pression artérielle des triglycérides, et le taux de cholestérol sur le long terme.

Le coaching en ligne ou le sport à la maison

Le coaching en ligne ou le sport à la maison

Par Sarah Barreiros Rédigé le 16/11/2017 (dernière modification le 16/11/2017)

Depuis 20 ans, grâce à internet et à l’expansion des réseaux sociaux, de nombreux nouveaux métiers sont apparus. Véritable tendance “hype”, le coaching en ligne permet de s’entraîner avec un coach personnel, mais chez soi.

Une pratique en vogue

Équipement sportif pour sport à domicile. Photo prise par Arthur Ebel.

Yoga, pilates, arts martiaux, techniques de relaxation, musculation, le sport sous toutes ses formes est accessible à tous, mais pas partout. C’est la solution que propose le coaching sportif en ligne. S’entraîner à son rythme, dans le confort de chez soi, aux heures qui nous conviennent, tout en ayant un suivi quotidien et hebdomadaire de notre progression. 

En effet, parmi les nouveaux adeptes de cette pratique, on retrouve 20% des Français sportifs, qui pratiquent le sport à domicile. D’après une enquête réalisée, en octobre 2017, par l’observatoire Cetelem/Harris sur les Français, et leur rapport au sport, au total, 77% des Français déclarent pratiquer une activité sportive au moins une fois par semaine. Parmi les réfractaires, 33% évoquent le manque de temps pour faire du sport. 

Les voyages à l’étranger, la fatigue, de se déplacer vers une salle de sport après le travail, beaucoup de personnes rencontrent des difficultés à trouver des cours de fitness proche de chez eux, et des cours de qualité en corrélation avec différents objectifs sportifs. Cela, peut être dans le cadre de l’entretien physique, de la détente, du divertissement, ou de la performance athlétique. 

La société et le culte du corps

De nos jours, s’entraîner, être “fit” (avoir des formes corporelles d’athlète), prendre soin de soi et de son corps, devient primordiale dans une société de plus en plus tournée sur l’image. Instagram, Facebook sont des exemples de supports marketing de nos accomplissements et de notre mode de vie. C’est une véritable culture de soi qui s’étend à une logique de l’apparence quotidiennement soumise au jugement d’autrui. 

On retrouve ainsi de plus en plus sur les réseaux sociaux des photos fitness, qui montre des transformations physiques, allant de la perte de poids à la prise de muscle, s’accompagnant, le plus souvent, de clichés de salades, des idées smoothies, des bols de flocons d’avoine et autres graines colorées. Seulement, sans coach, difficile de démêler le vrai du faux sur internet en matière d’entraînement et de nutrition. Avoir un coach personnel, et en ligne, permettrait d’obtenir des conseils individualisés, précis, et une flexibilité d’entraînement qui dépend de notre planning. 

Interview d’un coach

Nous rencontrons Arthur Ebel, Français, 31 ans et coach sportif en ligne, via la plateforme TotalCoaching. Il est spécialisé dans l’aide à l’acquisition du “look sportif”. 

Pouvez vous nous présenter le concept de “TotalCoaching”?
C’est une application sur téléphone, tablette ou, en ligne sur un ordinateur de bureau. Sur cette application je peux créer un programme personnalisé pour chaque client, et donner des conseils nutritionnels. Le client m’envoie des photos d’après-entraînement pour suivre sa progression. Le client et moi pouvons communiquer directement sur l’application. Chaque exercice possède une petite vidéo explicative, et une explication écrite du nombre de séries à faire, le nombre de répétitions par série, le temps de repos, le poids recommandé. C’est très complet. 

Quel sont les avantages du coaching en ligne?
C’est un excellent moyen de suivre mes clients peu importe où je me trouve sur la planète. J’ai la possibilité de créer des programmes avec des machines, des poids, peu d’équipements ou pas d’équipements du tout. C’est adapté à n’importe quel environnement, que ce soit en salle de sport, à la maison ou dans un parc. 

Combien de clients travaillent avec vous?
Je travaille avec sept élèves pour l’instant. Chacun est dans une certaine phase d’entraînement, avec leur programme fait sur mesure par rapport à leurs besoins, leurs envies et ce qu’ils veulent voir changer. 

Qu’est ce qui vous a attiré à devenir coach sportif et particulièrement coach en ligne?
Cela faisait déjà quelques années que j’allais à la salle de sport au moins quatre fois par semaine et je souhaitais en savoir plus. Savoir ce qu’il se passe dans le corps, lors d’une séance de musculation, comment s’opéraient les changements lorsque que quelqu’un décide de s’adonner au fitness, comment me construire un programme de fitness personnel. J’ai suivi une formation à distance par le biais de l’International Sports and Sciences Association aux États-Unis. Ensuite, habitant à Londres, j’ai commencé à appeler quelques salles de sport pour savoir sur quels critères ils embauchaient et beaucoup m’ont dit qu’il me faudrait un diplôme de plus qu’un simple cours en ligne. J’ai alors suivi une autre formation, à Londres, qui m’a ouvert beaucoup de portes, et des postes de coach en salles. Sachant que je suis artiste, je repartais en tournée de spectacles, quelques semaines après, et il a fallu que je refuse toutes ces offres. Et c’est là, où j’ai découvert sur internet que My iPT, une entreprise de coaching en ligne, recrutait. Nous avons échangé quelques e-mails et du jour au lendemain je commençais à travailler avec eux. Le fait de voyager, n’était pas un problème, car tout se passait en ligne. J’ai pu commencer à travailler alors que j’étais au Japon, pendant trois mois. 

Quels sont les principaux challenges auxquels vous faites face avec cette version virtuelle? Quel est votre stratégie pour établir le maximum de contact avec vos élèves?
Le principal challenge auquel je me heurte est le manque de contact avec le client. Oui nous sommes en contact par message, au travers de l’application, mais, il manque ce contact humain. J’aime voir mes clients, voir leurs réactions, leurs changements d’humeur lors d’une séance, et, adapter en conséquence. Cependant, l’application TotalCoaching est très efficace, j’ai un retour positif de mes clients après leurs séances, et cela me permet d’ajuster la suite de mes programmes. Certains clients choisissent d’avoir un suivi extra-personnalisé. Nous nous appelons donc par vidéoconférence une fois par semaine, ce qui nous permet d’avoir un contact humain au plus proche de la réalité si je peux m’exprimer ainsi!

“Crystal”, une nouvelle production sur glace inédite

“Crystal”, une nouvelle production sur glace inédite

Par Sarah Barreiros Rédigé le 20/10/2017 (dernière modification le 19/10/2017)

Le Cirque du Soleil brise les codes et présente sa 42e production de son histoire depuis sa création en 1984. Une expérience sur glace inédite mariant acrobaties et patinage.

C’est à Lafayette dans l’État américain de Louisiane que ”Crystal” a donné son tout premier show. Le premier sur glace depuis l’histoire du cirque, ce spectacle avant-gardiste met en scène des patineurs de renommée mondiale. La plupart sont d’anciens athlètes olympiques tel que Kurt Browning, quadruple champion de monde de patinage artistique et Benjamin Agosto médaillé d’argent dans la catégorie danse sur glace avec sa partenaire Tanin Belbin aux jeux Olympique de Turin en 2006. 

C’est donc avec une toute nouvelle approche que le Cirque du Soleil surprend plus encore en repoussant les limites de l’impossible et brise les codes. Avec 40 techniciens, 40 artistes et trois musiciens de 19 différentes nationalités dont une Française, Silja Dos Reis, “Crystal” est un spectacle qui s’effectue entièrement sur glace et en patins. C’est avec un mélange de portés de couple traditionnels au patinage artistique, de BMX et de cascades aériennes encore jamais tentés, de risques même, que le Cirque du Soleil apporte de l’innovation. 

La compagnie produisant un total de 20 spectacles en 2017 entre Las Vegas, Orlando, Riviera Maya ou en tournée mondiale, est l’une des plus connue et réputée dans le domaine du cirque de par la présentation de performances souvent dites époustouflantes, d’une dynamique théâtrale puissante et de qualités techniques de haut niveau. Dans les spectacles comme “O”, “Zumanity” ou “Beatles Love” à Las Vegas on assiste à un concentré de figures aériennes, trapèze cerceau ou tissus aériens placés à des hauteurs impressionnantes à l’œil nu. Le Cirque du Soleil tient aussi sa réputation de par la variété thématique du spectacle. Burlesques, dramatiques ou danseurs de cabarets, les artistes savent avec perfection se modeler et interpréter sans difficultés l’histoire de différents univers, tout en effectuant leur figures. 

L’histoire, profonde et enchanteresse, est celle de “Crystal”, une jeune femme qui se promenant sur un lac gelé brise la glace sous son poids et se retrouve plongée dans son imagination alors que le monde réel autour d’elle s’arrête. Commence alors un voyage extraordinaire, où Crystal découvrira la passion et la force intérieure dont elle est habitée et voudra remettre toute son existence en question.

Le spectacle “Crystal” sera en tournée au Canada et aux États-Unis jusqu’au 1er avril 2018. Cliquez ici pour accéder au site officiel